Kaokoveld

Cet article est une ébauche concernant la Namibie 22 et l’Angola.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Kaokoveld
Écorégion terrestre - Code AT1310[1]
Description de cette image, également commentée ci-après
La région du Khumib au nord-ouest du Kaokoveld.
Classification
Écozone : Afrotropique
Biome : Déserts et terres arbustives xériques
Géographie et climat
Superficie[2] :
45 584 km2
Écologie
Conservation
Statut[3] :
Critique / En danger

Localisation

Description de l'image AT1310 map.png.

modifier Consultez la documentation du modèle

Le Kaokoveld est un désert côtier du nord de la Namibie et du sud de l'Angola, dans le prolongement du désert du Namib situé au sud.

Géographie

Welwitschia mirabilis.

Il forme une écorégion de l'écozone afrotropicale dans la partie septentrionale du désert du Namib. Sa superficie est de 45 584 km2 et son statut est Critique/En danger[4].

Il abrite notamment la Welwitschia mirabilis, plante emblématique de ce désert, qui figure sur les armoiries de la Namibie et sert de surnom aux joueurs de l'équipe de Namibie de rugby à XV.

Climat

Le désert du Kaokoveld est aride depuis au moins 55 millions d'années, voire plus, car les conditions arides ont probablement commencé avec la fracturation du Gondwana occidental il y a 130 à 145 millions d'années lorsque la zone s'est déplacée vers sa position actuelle le long du tropique du Capricorne. Cette très longue période de sécheresse a eu une profonde influence sur la biodiversité ; il est resté un endroit climatiquement relativement stable, favorisant l'évolution à long terme des espèces végétales désertiques et des savanes sèches, ce qui a donné lieu à des assemblages uniques avec des niveaux élevés d'endémisme et de nombreuses adaptations avancées aux conditions arides.

Références

Les informations de cet article proviennent, sauf indication contraire, du WWF[4].
  1. (en) D. M. Olson, E. Dinerstein, E. D. Wikramanayake, N. D. Burgess, G. V. N. Powell, E. C. Underwood, J. A. D'Amico, I. Itoua, H. E. Strand, J. C. Morrison, C. J. Loucks, T. F. Allnutt, T. H. Ricketts, Y. Kura, J. F. Lamoreux, W. W. Wettengel, P. Hedao et K. R. Kassem, « Terrestrial Ecoregions of the World: A New Map of Life on Earth », BioScience, vol. 51, no 11,‎ , p. 935-938.
  2. (en) World Wildlife Fund, « The Terrestrial Ecoregions of the World Base Global Dataset », sur http://worldwildlife.org (consulté le ). Disponible alternativement sur : Loyola RD, Oliveira-Santos LGR, Almeida-Neto M, Nogueira DM, Kubota U, et al., « Integrating Economic Costs and Biological Traits into Global Conservation Priorities for Carnivores », PLoS ONE, (consulté le ), Table S1. Les données de température et de précipitations sont les moyennes mensuelles minimales et maximales.
  3. (en)World Wildlife Fund, « WildFinder: Online database of species distributions », , données et carte consultables dans the Atlas of Global Conservation.
  4. a et b (en) « Africa: Coastal Namibia and Angola », WWF

Articles connexes

  • icône décorative Portail de l'écoatlas
  • icône décorative Portail de la Namibie
  • icône décorative Portail de l’Angola
  • icône décorative Portail du désert